Chromique #48

Même déplié

J’aimais m’entretenir avec ce radiateur si chaleureux.

Mais… quand les jours n’existaient pas, on faisait quoi le lendemain ?

Je me suis senti près de tout, un instant.

J’ai trouvé un appareil extraordinaire, côté face il épile, côté pile il efface !

T’as remarqué, à vingt ans, tu n’avais pas l’impression d’être jeune, à cinquante, tu n’as pas l’impression d’être vieux.

J’ai mâché des chewing-gums en regardant le vide se ramollir.

La marge est au centre du verbe.

Je me suis bien rendu tout au bout de l’avenue, au bon numéro, à l’étage indiqué, à gauche juste après l’escalier de secours, entre l’ascenseur et la machine à glaçons, porte verte… et bien il n’y avait personne.

Un paysage portuaire, une image de Yann Febvre illustrant une de ses chroniques pour Magazine Aléatoire.

J’arrive bien mieux à faire le sot que l’ange.

Le problème du travail, c’est que ça demande beaucoup de boulot tout de même.

Y’a toute une histoire derrière chaque racine.

À l’hippodrome, j’ai galopé derrière les chevaux habillé en pompiste.

Même déplié, ce journal est plutôt minuscule… Zut.

Retenu mon capitaine, l’essentiel est de penser ses blessures.

À filer comme ça, dans ta vie, y’aurait pas comme une fuite ?

Bon, là, j’ai plus rien à dire, tant pis.

Et plus encore…
L’intérêt des lieux communs. Yann Febvre

L’intérêt des lieux communs. Yann Febvre

Une tique beaucoup plus choc. Boris Billier

Une tique beaucoup plus choc. Boris Billier

Les concours de circonstance. Yann Febvre

Les concours de circonstance. Yann Febvre

Mon rail (en tant que toyen). Boris Billier

Mon rail (en tant que toyen). Boris Billier

Deux trois airs de rien. Yann Febvre

Deux trois airs de rien. Yann Febvre

Portant que de savoir. Boris Billier

Portant que de savoir. Boris Billier

En que sorte. Boris Billier

En que sorte. Boris Billier

Nos idées. Boris Billier

Nos idées. Boris Billier