Donne sur la voie

Le pouls du hall

Je me souviens l’indicible situation d’urgence. Dans une sombre et calamiteuse autoproduction qui n’aura jamais de diffuseur. Premier jour. Gros coefficient. Un gros mot vient à l’esprit. Je me souviens de ce verre de champagne sans le goût. Avec l’air. L’air du large où m’emporteront mes blondes. Opérée hier. Seulement. Seule. Et avec. Et autour. Et tout près. Ces femmes de ma vie. Je me souviens ces beautés. Je me souviens d’un chameau, juste dans le champ sur cette image de film, pellicule kodachrome nous sommes au Maroc, mes blondes et aussi, moi. Quoique. Je me souviens et je respire, l’entrée du sas, du marbre ou ça y ressemble. Les visages d’un drôle de jeu des sept familles. Que l’on croise dans ce hall, puis corridor, puis vestiaire, puis machine. 7:54, 8:02, 8:21. Je traversais le pont. Dans les deux sens. Vite. Je me souviens le hammam de la grande mosquée. L’air dans les rues de Paris. De si belles Perspectives. Je ne me souviens pas. J’écoute Debussy. Je me souviens les lumières du froid du matin. Horloge numérique. Je traverse le pont en environ 3’. Le pouls du hall en marbre. Vaste(s) gris. Je me souviens du massage. Des massages. Des femmes. Partout. De l’onguent d’argan, l’onguent d’argent de ma blonde. Je me souviens de beaux présents. Je me souviens de l’abîme du cataclysme de la foudre. Lumières du sud marocain. Invente méventes invendus. Serpents. Je me souviens de Bobby, premier du nom, débarquant ici. Je me souviens chants hantés enchantés enchanteresse Cadaquès. Je me souviens La Maman et la putain, sous-titré en espagnol. Temps lisses et dorés, un pont vers Marseille. Je me souviens des yeux du martien. Je me souviens du transport ébahi. Je me souviens du concert le 21 juin. Je me souviens du froid. L’hiver de plomb. Je me souviens soudain les beaux jours.

Ready-made ou bicyclette enterrée ? Des souvenirs emmêlés pour Magazine Aléatoire. Texte et image de Pat Mills.

Texte et image : Pat Mills
04/2022

Et aussi…

Rolino est un corsaire. Rolino Gaspari

Rolino est un corsaire. Rolino Gaspari

Et maintenant. Yann Febvre

Et maintenant. Yann Febvre

La déviation de Chronique et Tartare. Yann Febvre

La déviation de Chronique et Tartare. Yann Febvre

Un soir d’été. Rolino Gaspari

Un soir d’été. Rolino Gaspari

Chut chut. Rolino Gaspari

Chut chut. Rolino Gaspari

La moche. Yann Febvre

La moche. Yann Febvre

Les dérives. Pascal Navarro

Les dérives. Pascal Navarro