Percale-vinalon

La chute des mots

Partout le feu, d’Hélène Laurain, ne remplit pas les lignes. Le geste littéraire brûle la partie droite des pages. Cette partie droite est vierge, abandonnée, une étendue d’absence. Les mots ont des pulsions. Ils sautent, ne tiennent pas en place. Ils cherchent l’après, la suite. Il poursuivent un dessein, se ruant vers un climax à venir. La gravité est le sujet de chacun des mots du roman. Les mots écrivent la gravité d’un personnage révulsé par un monde où les espèces disparaissent, où l’atmosphère est déjà quasi irrespirable et où l’on ne fait que regarder ailleurs, en l’air, au plus loin de la terre. Les mots sont aussi les sujets de la gravité au sein de l’espace des pages blanches. Ils y sont propulsés toujours plus bas. Un destin est à l’œuvre, inexorable. Ce destin, celui du personnage principal, se façonne strate après strate de mots, plateau après plateau de mots. Il n’y aura usage d’aucune majuscule ni d’aucune ponctuation pour celui-ci, un flux nous y conduit. Obsessionnellement, au gré d’une écriture de quelques filets de mots enchaînés, l’autrice et le lecteur cheminent vers un vide.

« […]
je respire
personne dit rien
et on les voit au loin
les silhouettes
sales même la nuit
des tours de refroidissement
sabliers doux
et la fumée
toujours
[…] »

Hiroshima… sans mots, chronique de Paul de Sorbier sur « Partout le feu » d’Hélène Laurain, pour Magazine Aléatoire.

La perspective du feu est annoncée dès le titre de l’ouvrage. On ne le voudrait pas (parce que l’on s’attache) mais nous savons qu’il sera. Partout, il s’impose, à commencer en la narratrice qui s’isole de ses proches et s’enfonce dans une certitude radicale : il n’est plus possible de rester assoupis à l’aide du décompte moutonneux, renouvelé chaque jour par les storytellings dominants. Le feu est autour, la vie est salie, elle est un paysage de dégâts. Quelle place pour la dissonance, pour les effrayés de l’inaction collective en faveur de la terre en commun ? Fatalement, un Feu contre les feux devient la seule issue.

Paru chez Verdier en 2022, Partout le feu est le premier roman d’Hélène Laurain. En attente des suivants…

Paul de Sorbier. Vu de loin, quoique grand de taille, il ressemble à peu près à tout un chacun ; vu de près, comme pour tout le monde, c’est plus imprécis… 

Lire aussi : Des mains pour allumer la mèche — Deux hommes et un troisième, petit, mort — Smith et Baptiste — Max, Rose, Stéphanie et Félix

Texte : Paul de Sorbier — Image : Photo of August 6th 1945 Atomic Bombing newly discovered after 74 years from the Collection of a Soldier who served in the “9th Photographic Technical Squadron”. 509th Composite Group.
06/2022
Et après…
Max, Rose, Stéphanie et Félix. Paul de Sorbier

Max, Rose, Stéphanie et Félix. Paul de Sorbier

Ripley Bogle, Robert McLiam Wilson. Tom Sergent

Ripley Bogle, Robert McLiam Wilson. Tom Sergent

Des mains pour allumer la mèche. Paul de Sorbier

Des mains pour allumer la mèche. Paul de Sorbier

Deux hommes et un troisième, petit, mort. Paul de Sorbier

Deux hommes et un troisième, petit, mort. Paul de Sorbier

Le Diable tout le temps, Donald Ray Pollock. Pat Mills

Le Diable tout le temps, Donald Ray Pollock. Pat Mills

Smith et Baptiste. Paul de Sorbier

Smith et Baptiste. Paul de Sorbier

Bienvenue à Oakland, Eric Miles Williamson. Tom Sergent

Bienvenue à Oakland, Eric Miles Williamson. Tom Sergent

Stone Junction, Jim Dodge. Tom Sergent

Stone Junction, Jim Dodge. Tom Sergent