Court toujours

Symphonie de novembre

Ce sera tout à fait comme dans cette vie. La même chambre.
— Oui, mon enfant, la même. Au petit jour, l’oiseau des temps dans la feuillée
Pâle comme une morte : alors les servantes se lèvent
Et l’on entend le bruit glacé et creux des seaux

À la fontaine. Ô terrible, terrible jeunesse ! Cœur vide !
Ce sera tout à fait comme dans cette vie. Il y aura 
Les voix pauvres, les voix d’hiver des vieux faubourgs, 
Le vitrier avec sa chanson alternée, 

La grand-mère cassée qui sous le bonnet sale 
Crie des noms de poissons, l’homme au tablier bleu 
Qui crache dans sa main usée par le brancard 
Et hurle on ne sait quoi, comme l’Ange du jugement. 

Ce sera tout à fait comme dans cette vie. La même table, 
La Bible, Gœthe, l’encre et son odeur de temps,
Le papier, femme blanche qui lit dans la pensée, 
La plume, le portrait. Mon enfant, mon enfant !

Pique-nique à Stanmore Common.

Les uns des autres que ceci : qu’il faudra s’habiller 
Comme pour une fête et aller dans la nuit 
Des disparus, tout seul, sans amour et sans lampe. 
Ce sera tout à fait comme dans cette vie. La même allée :

Et (dans l’après-midi d’automne), au détour de l’allée,
Là où le beau chemin descend peureusement, comme la femme
Qui va cueillir les fleurs de la convalescence — écoute, mon enfant, — 
Nous nous rencontrerons, comme jadis ici ;

Et tu as oublié, toi, la couleur d’alors de ta robe ;
Mais moi, je n’ai connu que peu d’instants heureux.
Tu seras vêtu de violet pâle, beau chagrin !
Et les fleurs de ton chapeau seront tristes et petites

Et je ne saurai pas leur nom : car je n’ai connu dans la vie
Que le nom d’une seule fleur petite et triste, le myosotis,
Vieux dormeur des ravins au pays Cache-Cache, fleur
Orpheline. Oui oui, cœur profond ! comme dans cette vie.

Et le sentier obscur sera là, tout humide
D’un écho de cascades. Et je te parlerai
De la cité sur l’eau et du Rabbi de Bacharach
Et des Nuits de Florence. Il y aura aussi

Le mur croulant et bas où somnolait l’odeur
Des vieilles, vieilles pluies, et une herbe lépreuse,
Froide et grasse secouera là ses fleurs creuses
Dans le ruisseau muet.

Oscar Vladislas de Lubicz Milosz (1877–1939) est un poète lituanien de langue française. Il fut poète, romancier, dramaturge, métaphysicien, diplomate, traducteur. Ses premiers poèmes paraissent en 1899…

Texte : Oscar Vladislas de Lubicz Milosz, Symphonie de novembre, 1929, Paris, Fourcade Éditeur. Source Wikimedia Foundation – Image : R. E. Owen, Picnic on Stanmore Common, 1929. Science Museum Group Collection.
09/2022