Figures mouvantes

L’arithmétique des morts

En dessous elle demeurait, un rendez-vous qui s’éternisait avec un collier de perles trop serré autour du cou, une créature des abysses qui venait troubler la surface. Le docteur Almore l’observait avec une expression glaciale. Ses mains maigres et nerveuses lâchèrent la seringue hypodermique. La drogue se répandit : un petit lac froid entouré de sapins. Plus haut l’escogriffe aboya qu’il n’aimait pas les flics et se mit à hoqueter furieusement. Il lança une bordée de jurons en direction du détective : des mots répugnants, noirâtres. Puis ses yeux s’embuèrent et il retomba dans son coma éthylique. Ça puait à dix lieues à la ronde, comme un poisson qu’on aurait pêché huit jours plus tôt.

Pendant ce temps-là, Mrs Almore filait bon train vers la Côte d’Azur : cure d’azote. Pas de passeport sans protoxyde…

Le docteur aimait bien cette Mildred voire Muriel qui jouait les filles de l’air, une très belle fille au visage fermé, un rideau tiré sur la tragédie, une petite âme de bois dure à percer, une jument qui s’était trompée de box et mangeait à plusieurs râteliers.

Pour ceux qui avaient des dents et de l’appétit, le temps se levait sur la pointe des pieds. Il accordait quelques heures de répit au criminel qui venait déposer sa grimace au pied d’une falaise : un cabriolet rouge, rutilant, un joli morceau de ferraille, d’où l’on retirait « ce qu’il reste d’un homme ».

Le long type aux yeux gris s’était renfrogné. Il tenait sa vérité pour cinq cents dollars. Il mouilla ses lèvres dans le whisky. Sa bouche aussi serrée qu’un piège à loup se détendit comme un ressort qui vous envoie en pleine gueule le nom de l’assassin !

Tout ça n’a pas d’sens. 3 ou 4 filles, 4 ou 5 types. Un beau clac, c’est tout : l’arithmétique des morts.

Ce qu’il reste d’un homme… Dessin de Bruno Guittard accompagnant sa série « Figures mouvantes » pour Magazine Aléatoire.
Figure (é)mouvante.
En 1999, il y eût cette pluie de mots éparpillés sur la page, tombés d’on ne sait où…
Et maintenant il y a en bon ordre sur cette plaque mon « ridiculum vitae » : B. G. né en 1948 – mort en… Une question reste une question, mais Dieu merci, le ridiculum n’a jamais tué personne.
Pour Aléatoire, « pour aller à toi Relecteur inconnu. Pour aller à Toire, ce pays où l’on arrive jamais ».

L’ouvrage de Bruno GuittardFigures mouvantes, recueil de cent courts textes accompagnés de dessins originaux, est paru initialement aux éditions Le Capucin en 2000. Pour Magazine Aléatoire, extraits choisis.

Lire aussi : La photographie en couleur — Au pays des erreurs — Garde-meuble — Écrire

Textes et image : Bruno Guittard.
10/2022

Et plus encore…
Un soir d’été. Rolino Gaspari

Un soir d’été. Rolino Gaspari

Écrire. Bruno Guittard

Écrire. Bruno Guittard

Danidi 1. Bernard Teulon-Nouailles

Danidi 1. Bernard Teulon-Nouailles

Chut chut. Rolino Gaspari

Chut chut. Rolino Gaspari

Patridi 10. Bernard Teulon-Nouailles

Patridi 10. Bernard Teulon-Nouailles

La moche. Yann Febvre

La moche. Yann Febvre

Flexible. Yann Febvre

Flexible. Yann Febvre

Mardi 23. Bernard Teulon-Nouailles

Mardi 23. Bernard Teulon-Nouailles